Partagez
Aller en bas
avatar
Membre Soleil UNE ETOILE
Féminin
Nombre de messages : 1894
Age : 57
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 23/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur

Tagore - Père de la poésie indienne moderne

le Sam 24 Oct 2009 - 9:14
namaste




"Ne pleurez jamais d'avoir perdu le soleil, les larmes vous empêcheront de voir les étoiles"
Tagore


Rabîndranâth Thâkur, plus connu sous le nom de Tagore, est né le 6 Mai 1861, à Calcutta. Quatorzième et dernier enfant de la famille, son père aurait dit : "Il s’appelera Robindra, le soleil. Comme lui, il ira de par le monde et le monde sera illuminé."


Tagore est issu d’une famille très aisée, composée de réformateurs et d’artistes. Tous ses frères et soeurs sont écrivains, compositeurs ou musiciens. Son père, Debendranâth Tagore, est l’un des fondateurs du mouvement Brahmo Samaj. C’est un mouvement religieux, théiste, fondé dans les années 1830. Il s’inspire de l’hindouisme, de l’islam, et du christianisme et rejette le culte des images et de l’idôlatrerie. La méditation y est considérée comme l’essence de la vie spirituelle. Le mouvement accorde une place très importante à différents principes de la société indienne telles que l’abolition du système des castes, l’action philantropique, et l’émancipation de la femme.


Enfant, Tagore fréquente des écoles traditionnelles où l’enseignement se fait en bengali, mais également des écoles anglaises. Il préfère cependant l’enseignement traditionnel.
Vers l’âge de 12 ans, son père lui fait faire un séjour dans son centre de méditation de Santiniketan. Il y apprend le sanscrit et l’astronomie. Il font ensuite un voyage à Dalhousie, au pied de l’Himalaya. Durant ce séjour, Tagore est émerveillé par la nature environnante. C’est une révélation et une véritable communion avec ce qui l’entoure... Il restera très marqué par cela. Ses poêmes reflèteront cette fusion entre la nature et lui.


Epier l’enlacement soudain silencieux
De la rivière, par l’ombre du flottant nuage,
Tout cela grise ma vie par un profond tourment-de-joie
Pour qui je lutte toujours esperant toujours l’exprimer !
Extrait de Cygne


A 14 ans, il abandonne l’école et poursuit ses études chez lui, travaillant seul ou avec l’aide de précepteurs.
En 1878, il est envoyé à Londres pour y poursuivre des études le destinant à la profession d’avocat ou à l’intégration de la fonction publique indienne. Il en revient cependant au bout de 18 mois.


C’est à son retour en Inde qu’il commence à écrire. Entre 1884 et 1890, il publie plusieurs volumes de poêmes ainsi que des oeuvres en prose (articles, pièces de theâtre, romans).


En parallèle à l’écriture et en souvenir à son expérience avec son père à Santiniketan, Tagore décide de fonder une école. La culture indienne y est enseignée et Tagore y partage son expérience et son approche de la vie aussi bien avec les professeurs qu’avec les élèves. La richesse de l’enseignement spirituel et philosophique fait le succés de l’école. Car si Tagore est connu comme poête il est aussi philosophe. Ce sont deux arts très proches dans la civilisation indienne.
Le succés de l’école de Santiniketan donnera naissance, en 1921, à l’Université de Vishva Bharati, dont la renommée est aujourd’hui encore très importante. Dés le début, l’enseignement donné était une synthèse des cultures orientales et occidentales. Les élèves étaient aussi bien indiens qu’étrangers.


"Tes dons infinis, je n’ai que mes étroites mains pour m’en saisir. Mais les âges passent et encore tu verses et toujours il reste de la place à remplir."


"Et ce sera mon effort de te révéler dans mes actes, sachant que c’est ton pouvoir qui me donne force pour agir."
Extraits de L’offrande lyrique


Tagore est considéré comme le père de la littérature indienne moderne. Son oeuvre est immense. Elle compte prés de 1000 poêmes, 2000 chansons dont il a écrit les paroles et la musique. Des pièces de theâtre, des romans, des nouvelles, des essais sur la philosophie, la politique, l’éducation, les arts. On lui connait aussi des dessins, des croquis et des tableaux. Il est l’auteur des hymnes de l’Inde et du Bengladesh.
Mais il est avant tout poête et reconnu en tant que tel. En Inde, Tagore est appelé "Tagore le Poête".


"Que seulement je fasse de ma vie une chose simple et droite pareille à une flûte de roseau que tu puisses emplir de musique."


Eduqué dans trois langues, le bengali, l’anglais et le sanscrit, il traduit lui-même certaines de ses oeuvres.
Son recueil "Santiniketan" est considéré comme son oeuvre majeure, mais c’est "L’offrande lyrique", traduite en français par André Gide, qui lui vaut la célébrité en Europe et en Amérique du Nord.
Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1913, devenant ainsi le premier auteur d’Asie à être récompensé.


La renommée qui en découle lui offre la possibilité de faire de nombreux voyages et de donner des conférences où il prône la paix, la non-violence, et l’unité entre les hommes.


Il meurt à Calcutta le 7 Aout 1941.



Pourtant ce n’est pas une moindre vérité que je dois mourir.
Mes mots, ils cesseront un jour de fleurir parmi l’espace ;
Mes yeux, jamais ils ne pourront plus se livrer à la lumière ;
Mes oreilles s’entendront plus les messages mystérieux de la nuit,
Et mon coeur
Il ne viendra plus en hâte au fougueux appel du soleil levant !
Il faudra que je prenne fin
Avec mon dernier regard,
Avec ma dernière parole !


Ainsi le désir de vivre est une grande vérité,
Et l’adieu absolu, une autre grande vérité.
Pourtant doit se produire entre eux une harmonie !
Sinon la création
N’aurait pu supporter si longtemps souriante
L’énormité de la fraude !
Sinon la lumière aurait déjà noirci, comme la fleur dévorée par le ver !



namaste
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum